Pourquoi les personnes très intelligentes se sentent mal à l’aise en société ?

« L’ignorance est une bénédiction, mais pour que la bénédiction soit complète l’ignorance doit être si profonde, qu’elle ne se soupçonne pas soi-même. » – Edgar Allan Poe

L’ignorance est-elle vraiment une bénédiction? Beaucoup d’entre nous ne savent pas qu’il existe une corrélation neurologique entre se sentir mal à l’aise socialement et être très intelligent.

Si l’ignorance est le bonheur, l’intelligence serait-elle donc une malédiction? Y a-t-il des inconvénients à être très intelligent? Les capacités intellectuelles sont de loin le plus grand des dons qu’un être humain puisse posséder. Mais la réalité est que certains d’entre nous sont dotés d’une plus grande intelligence que d’autres; une intelligence plus élevée que la masse, mais qui est en même temps une sorte de malédiction à de nombreux égards.

Toutefois il y aurait une corrélation neurologique entre être gauche en société et être très intelligent. Bien que le raisonnement vient facilement aux gens très intelligents, ceux qui ont une intelligence exceptionnelle sont caractérisés par des sentiments d’appréhension et de malaise social, et sont catalogués comme des génies handicapés ou socialement démunis.

Les personnes très intelligentes ne sont pas des zouaves sociaux, ils voient tout simplement le monde sous un autre angle. Les gens qui sont socialement anxieux sont généralement très intelligents, et vice versa. Voici pourquoi être très intelligent est à la fois une bénédiction et une malédiction:

1. Ils suranalysent les réactions 

Les gens très intelligents ont un sens aigu du détail. Ce sont de grands penseurs qui analysent constamment tout ce qui se passe dans leur vie et hors frontières. Ils ont tendance à réfléchir à tout ce qu’ils disent et font, et étudient aussi le comportement des autres pendant une longue période de temps, ce qui au final interfère avec leurs relations interpersonnelles. En outre, en sur-analysant les choses, ils créent une distance par rapport aux conversations ordinaires qu’ils estiment avoir ont une faible valeur.

2. Ils doutent constamment d’eux-mêmes

En possédant un point de vue plutôt objectif, les gens très intelligents ont tendance à être plus conscients d’eux-mêmes, avec un degré plus élevé de conscience de soi, et doutant constamment d’eux-mêmes. Cette conscience de soi rend ces personnes super conscientes, plus aptes à exercer un jugement critique dans un contexte social. Ils oublient parfois de juste surfer sur la vague, et deviennent frustrés dans les interactions sociales.

3. Ils ont des normes élevées

Les gens très intelligents savent exactement ce qu’ils veulent, de ce qu’ils parlent, et ont des connaissances dans tous les domaines de la vie. C’est la raison pour laquelle ils ont tendance à avoir de grandes attentes, à la fois d’eux-mêmes et de ceux qui les entourent. Ils savent comment gérer les situations logiques… mais cependant les situations sociales ne sont pas logiques.

Lorsque leurs attentes s’ancrent dans la réalité brutale de la vie, ils deviennent anxieux.

4. Ils détestent les conversations futiles

Les gens ordinaires ragotent, se moquent les uns des autres, font des choses stupides pour s’amuser, et discutent de choses banales comme la nourriture, les cosmétiques et le football lors d’une conversation. Les gens très intelligents se retrouvent hors de propos en socialisant car ils ont du mal à avoir de l’enthousiasme en se joignant à ce genre de conversations.

«  Les grands esprits discutent des idées; les esprits moyens discutent des événements; les petits esprits discutent des gens. » – Eleanor Roosevelt

5. Ils arrivent à détecter l’état d’esprit de ceux qui les entourent 

« Se connaître soi-même est la première des composantes de l’intelligence émotionnelle. Se connaître soi-même, ça veut dire comprendre en profondeur les émotions, les forces, les faiblesses, les besoins et les impulsions de quelqu’un. Les personnes qui se connaissent bien elles-mêmes ne critiquent jamais trop et n’ont jamais d’attentes inatteignables. Elles sont plutôt honnêtes – avec elles-mêmes, et avec les autres. » – Daniel Goleman

C’est pour cela qu’ils choisissent parfois de prendre des distances…

6. Ils sont souvent anxieux et tendus

Des psychiatres du SUNY Downstate Medical Center à New York ont ​​découvert qu’il y a un lien entre des niveaux élevés d’intelligence et des niveaux accrus d’anxiété. Un esprit anxieux examine sans cesse des idées nouvelles, des informations et des expériences sous nombreux angles différents. Ainsi, les personnes très intelligentes trouvent souvent que l’engagement social est trop accablant.

7. Ils sont bien isolés

Les gens très intelligents pensent de façon analytique, même quand il s’agit des relations interpersonnelles. Ils ont plus de mal à s’ouvrir étant donné que leur cerveau analytique ne cesse de réfléchir aux situations passées auxquelles ils ont survécu.

8. Ils cachent leur vulnérabilité

Les gens très intelligents apprennent de leurs erreurs et changent leur comportement en raison des échecs enregistrés. Cependant, cette attitude prudente les prive d’aptitudes sociales essentielles. Car peu veulent interagir avec quelqu’un qui ne veut pas partager ses expériences, qui envoie par mégarde un signal qu’il est froid ou distant, qui n’a jamais échoué.

9. Ils finissent par avoir des obsessions

Quand les gens très intelligents s’ouvrent à des sujets qui les intéressent, ils deviennent plus enthousiastes et animés qu’ils peuvent monopoliser la conversation et être assez campés dans leurs opinions, semblant quelque peu dogmatiques.

10. Ils ne peuvent éviter d’entrer en conflit

Les gens très intelligents finissent souvent par entrer en conflit avec les autres parce qu’ils peuvent parfois corriger les autres de façon involontaire, agir comme des débatteurs dotés de fortes capacités argumentatives, et laisser place à une forte concurrence intellectuelle dans les conversations sociales. Ces personnes sont si intelligentes et sont sur une telle longueur d’onde différente que cela interfère avec leur capacité à communiquer avec les autres.

«  Le grand problème dans le monde c’est que les personnes intelligentes sont pleines de doutes alors que les personnes stupides sont pleines de certitudes. » – Charles Bukowski

Crédit : Esprit Science Métaphysiques

About the Author

admin
administrator

Pas de commentaires

Comments are closed.